Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout sur le pigeon voyageur moderne, athlète ailé du XXIe siècle. Traductions d'auteurs réputés. Textes originaux. Articles sur le suivi d'une colonie de pigeons voyageurs. Intégralité des traductions faites par M.Maindrelle REPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION

25 May

Plus que des mots (2)

Publié par colombophilie  - Catégories :  #Articles Schaerlaeckens

 

Plus que des mots (2)

Ad Schaerlaeckens

 

Moyens de prévenir les maladies.

Les anciens amateurs, en particulier, se plaignent souvent qu'il est devenu beaucoup plus difficile de garder les oiseaux en bonne santé que par le passé.

Ils ont tellement raison.
Les pigeons que nous élevons de nos jours manquent plus que jamais de santé naturelle et d'immunité et sont plus vulnérables aux attaques des bactéries et des virus de toutes sortes.
Bien sûr, ces maladies existaient aussi dans le passé mais elles étaient rares , et les amateurs ne connaissaient même pas les termes qui nous sont devenus si familiers aujourd'hui.
«Comment est-ce arrivé?» peut-on se demander?
C'est la façon dont nous avons gardé nos pigeons et les produits pharmaceutiques qui sont à blâmer.
Les progrès qui ont été fait par la science nous ont permis de vaincre des maladies que nous ne pouvions pas combattre dans le passé car il n'y avait ni vétérinaires spécialisés dans les pigeons, ni médicaments spécifiques; si un pigeon tombait malade c'était la fin de celui-ci dans la plupart des cas.
C'était «la survie des plus aptes».
Les choses ont bien changé. Surtout les maladies telles que Trichomonose, E. coli, Adenovirose, Circovirose et Salmonellose sont devenues un véritable fléau pour certains.
La paramyxovirose est une «nouvelle» autre maladie (apparue la première fois en Belgique en 1984), mais cela ne devrait plus être un problème puisque nous avons des vaccins parfaits.
La Trichomonose et l'Adenovirose sont une toute autre histoire cependant.
Pour la Trichomonose nous remarquons une résistance alarmante aux traitements et l'Adenovirose peut attaquer n'importe quel pigeon de tout amateur à tout moment.
La seule chose que vous pouvez faire en cas d'Adenovirose est de prier.
Donc, nous pouvons conclure que nous avons payé un prix pour les progrès que la science a fait.

Pas de marche arrière


Et la mauvaise nouvelle est qu'il n'y a pas de chemin de retour, nous pouvons seulement essayer de rendre les choses moins mauvaises en réduisant l'utilisation d'antibiotiques autant que possible.
«Autant que possible» ne signifie pas «totalement» bien sûr, mais il est grand temps que nous soyons conscients des conséquences et devenions prudents.
Si dans le même colombier et avec les mêmes soins deux jeunes tombent malades et que les autres restent en bonne santé, nous devons nous débarrasser de ces malades.
C'est très certainement une grosse erreur de traiter tous les oiseaux afin d'en soigner juste deux.
Vous pouvez comparer cela avec les humains.
Prenons l'exemple d'une classe avec 30 élèves. Si deux d'entre eux ont un mal de tête seul un fou donnerait de l'aspirine aux 30 élèves !

Contacts


Les principaux facteurs qui mettent en danger la santé des pigeons sont:

a. Le contact avec les autres oiseaux.
b. La surpopulation.
c. Le stress.
C'est particulièrement les contacts avec d'autres oiseaux ('a') qui sont une menace constante.
En se déplaçant d'un endroit à un autre les hommes et les animaux transportent avec eux des bactéries, des champignons, des virus et des parasites.
Les pigeons sont différents des autres animaux car il y a des expositions et des courses de pigeons et il n'y a donc, littéralement, aucune limite.
Les pigeons se transmettent les maladies plus que les autres oiseaux et, avec eux les agents pathogènes se propagent.
Il n'y a rien que nous puissions faire à ce sujet, car les pigeons qui transmettent sont dans la nature même de ce sport, mais nous pouvons faire de notre mieux pour réduire les problèmes de santé.
Une règle fondamentale pour prévenir les maladies est que les oiseaux porteurs, et donc la propagation des agents pathogènes, ne soient pas autorisés à rester parmi ceux qui sont sains; ainsi nous protégeons ces derniers contre les attaques répétées des agents pathogènes.
En outre, nous devrions essayer d'améliorer le système immunitaire autant que nous le pouvons, mais comme je le disais il y a des limites. Parfois, nous n'avons pas d'autre choix que de traiter avec des médicaments. Si une colonie a des vers gordiens même le meilleur pigeon du monde peut être infecté, car aucun pigeon n'a des «intestins à l'épreuve des vers ».
Les racines du sport colombophile sont en Belgique et parfois les gens disent que, de nos jours, les bonnes et mauvaises choses viennent aussi de Belgique.
Prenez la paramyxovirose pour la commodité du raisonnement.
Les premiers cas sont apparus en Belgique, puis elle s'est répandue vers les pays voisins et plus tard partout dans le monde.

Surpopulation et Stress


La surpopulation est une autre cause de problèmes.
Les amateurs sont conscients de cela, mais beaucoup semblent être têtus car il y a encore trop de colombiers et trop de paniers dans lesquels il y a trop de pigeons.
Quand je vois des amateurs remplir les paniers avec des pigeons autant qu'ils le peuvent, je sais que ce ne sont pas des Champions et qu'ils ne le seront jamais.
Cela est aussi très stressant pour les pigeons.
Les premières attaques d'Adenovirose et E Coli (de nos jours aussi appelée «maladie des jeunes oiseaux» ) ont souvent lieu avec des jeunes après les premiers coups de panier.
«Cela est dû au stress occasionné» disent les scientifiques.
«Ok mais pourquoi n'étaient-ils pas malades après les premiers lâchers dans le passé?» peut-on se demander puisque les conditions dans les paniers étaient encore pires.
La réponse est que le système immunitaire des «pigeons contemporains» a été ébranlé.
L'abus de médicaments s'est traduit par des agents pathogènes plus forts, de nouveaux agents pathogènes qui se développent et qui sont plus résistants que les anciens.
De trop nombreux amateurs ne réalisent pas que les médicaments sont là pour soigner les oiseaux malades et pas pour les rendre meilleurs.

Une autre menace


Les pigeons peuvent donc s'infecter les uns les autres, mais nous devons aussi être à l'affût des souris et des rats. Ces porteurs de nombreux agents pathogènes marchent sur l'alimentation, mangent la nourriture, urinent sur les aliments pour les animaux et sont donc une grave menace pour la colonie.
Des enquêtes en Allemagne ont montré qu'ils sont la principale cause des salmonellose; nous ne devrons donc pas autoriser l'accès à ces petits bâtards noirs et bruns dans les colombiers.
Les rats et les souris se trouvent à des endroits où il y a l'alimentation, donc les amateurs qui ont toujours de la nourriture à la disposition des pigeons ne se rendent pas compte à quel point ils prennent des risques.


Vous mettre KO


Comme je l'ai dit, nous ne pouvons pas ignorer les progrès que la science a fait, il n'y a pas de retour possible et parfois nous pouvons juste nous réfugier dans un traitement.
Mais traiter doit être fait correctement.
Certains amateurs font la moitié du travail seulement, ils donnent trop peu ou arrêtent trop tôt et il est bien connu que «pas assez de médicament» peut être plus nocif que «trop de médicament»! «Terminez le traitement» disent les médecins aux jeunes mères quand un bébé est malade.
Dans le cas d'une sous dose l'agent pathogène (bactéries ou virus) va tomber mais va se relever rapidement.
La prochaine fois que vous traiterez contre cet agent pathogène il sera juste un peu secoué et finalement ...
Il vous mettra KO !



 foto2a
Aujourd'hui, nous avons des connaissances et des moyens que nous n'avions pas dans le passé,

mais nous avons dû payer un prix: les oiseaux avec un système immunitaire plus faible.

foto2b


Les amateurs qui pensent que les médicaments

feront de leurs pigeons de meilleurs voyageurs se trompent.


foto2c
Des boîtes de carton sont bien suffisantes pour transporter les pigeons

qui ne sont pas les vôtres; vous éviterez ainsi tout contact.


foto2d
Un double jeu d'abreuvoirs (un dans le colombier et un autre à l'envers à l'extérieur)

peut aider à prévenir la trichomonose car le trichomonas, le cas échéant, ne

survivra pas dans un abreuvoir qui n'est pas rempli d'eau.


foto2e
Les mangeoires comme celles-ci sont pratiques mais impropres pour les voyageurs

puisque ceux-ci doivent avoir leur ration quotidienne. Une autre mauvaise chose est que les aliments qu'elles contiennent vont attirer les souris et les rats.
foto2f
Dans les villes où les amateurs n'ont pas de jardin les pigeons sont maintenus

au-dessus des bâtiments, mais ils ne devraient pas être

autorisés à être sur des plateformes comme celles-ci.

foto2g

La poussière dans l'eau n'est pas bonne et avoir ses abreuvoirs en hauteur peut aider.


foto2i 

Un panier qui est autant surpeuplé n'appartient pas à un Champion.

Commenter cet article

À propos

Tout sur le pigeon voyageur moderne, athlète ailé du XXIe siècle. Traductions d'auteurs réputés. Textes originaux. Articles sur le suivi d'une colonie de pigeons voyageurs. Intégralité des traductions faites par M.Maindrelle REPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION