Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout sur le pigeon voyageur moderne, athlète ailé du XXIe siècle. Traductions d'auteurs réputés. Textes originaux. Articles sur le suivi d'une colonie de pigeons voyageurs. Intégralité des traductions faites par M.Maindrelle REPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION

21 Apr

Les inconvénients de la consanguinité

Publié par colombophilie  - Catégories :  #Articles Van Breemen

Les inconvénients de la consanguinité

 

Steven van Breemen



Dans le dernier chapitre, j'ai discuté du fait que la consanguinité entraîne une diminution de certaines caractéristiques. Ceci peut généralement être remarqué dans la vitalité du pigeon et dans les autres caractéristiques du groupe des caractères non-additifs qui sont étroitement liés à cette vitalité: l'endurance du pigeon et les qualités de rentrer et rester en forme. Le terme scientifique est «dépression de consanguinité». En d'autres termes: la consanguinité diminue le bon fonctionnement ou l'efficacité de certaines caractéristiques. La raison de cette dépression se trouve dans le fait que relativement peu de gènes influencent ces caractéristiques. La conclusion logique est que ces caractéristiques sont les premières qui réagissent à la consanguinité sous la forme d'une inversion. Si certains symptômes apparaissent rapidement dans une même famille alors que seulement une consanguinité légère est pratiquée, alors il serait judicieux de ne pas utiliser ces pigeons dans un programme de consanguinité.


Le
Professeur Alfons Anker disait ceci à ce sujet:

"Si nous prenons une ligne constituée de 1000 paires de gènes non additifs comme exemple. La division normale est principalement 50% de paires homozygotes et 50% de paires hétérozygotes de gènes. Grâce à l'utilisation de la consanguinité, le nombre total de paires de gènes homozygotes deviendra supérieure à 500 et si nous poursuivons la consanguinité ce total pourrait théoriquement atteindre 1000. Il va de soi que c'est au prix des paires de gènes hétérozygotes. La disparition des paires de gènes hétérozygotes et de la vitalité sont parallèles à l'augmentation des paires de gènes homozygotes et ceci est le résultat de l'empilement des gènes du pigeon sur lequel nous pratiquons la consanguinité. Si ce pigeon est extrêmement valable alors ce sont précisément ses gènes que nous accumuleront dans sa progéniture. Cela provoque la diminution de la vitalité à un degré plus ou moins grand, mais la valeur d'élevage devient plus grande, et c'est la raison pour laquelle nous pratiquons cette consanguinité».

Chaque famille réagit différemment à la consanguinité. Quand j'ai commencé la consanguinité avec mon matériel étroitement apparenté (ces pigeons étaient basés sur le célèbre "Oude Klaren '46" de De Smet-Matthijs) au milieu des années 70, je pouvais encore gagner plus que ma part de prix, même après plusieurs générations d'accouplement cousins-cousines. Cette famille de pigeons pouvaient supporter la consanguinité, car le "Oude Klaren '46» était le produit d'un croisement. Lorsque la plupart des descendants du Klaren ont été volés, Valère Desmet-Matthijs n'avait pas d'autre choix que d'emprunter des bonnes femelles ailleurs. C'est avec la génération suivante qu'il a commencé la consanguinité. C'est la manière dont Valère a été contraint de mettre au point les deux premières générations de sa famille qui est la raison que ses pigeons pouvaient résister aussi bien à la consanguinité. La consanguinité avec un pigeon de fondation, qui est un produit consanguin et qui descend d'une famille qui a été élevé en consanguinité assez proche a souvent des résultats décevants. Ces pigeons réagissent souvent négativement à des facteurs environnementaux tels que l'humidité, les courants d'air, le froid, un mauvais colombier, une mauvaise alimentation, etc En effet, si les conditions de logement ne sont pas optimales de tels pigeons restent caducs et sont souvent éliminés.

J'ai toujours testé mes pigeons consanguins aux concours. Mon mâle de fondation «De Bels», le père de «De Goede Jaarling" et "Het Boerke", aurait été 4ème As National de Vitesse si je n'avais pas oublié d'envoyer ses résultats. Cet incident a renforcé ma conviction qu'il devait être possible d'atteindre d'excellents résultats d'élevage avec mes meilleurs voyageurs. Aux colombiers de course et de reproduction je travaille seulement avec les pigeons les plus vitaux et pratique très rarement la consanguinité étroite et lorsque c'est le cas j'utilise ces pigeons uniquement au colombier de reproduction. Les Frères Janssen ont également utilisé ce même principe, mais surtout parce qu'ils jouaient surtout les concours de vitesse et de demi-fond leur séléction sur la vitalité était un peu plus facile. Pour conserver la qualité de la vitalité au plus haut niveau chez les pigeons qui ont à voler annuellement 5 concours de fond d'un jour avec succès il faut quelque chose en plus. ( La vitalité est traitée dans l'article déjà paru « Une histoire de vitalité» )

Au cours de mes voyages autour de la planète, j'ai eu l'occasion de tenir dans mes mains de nombreuses familles différentes de pigeons et de les étudier de façon critique. Il me semble que les pigeons issus de familles où on élève de façon rapprochée réagissent différemment à la consanguinité. Certains amateurs peuvent continuer la consanguinité pendant de nombreuses années sans une augmentation ou diminution perceptible de la qualité. Ma conclusion est qu'ils ont depuis longtemps dépassé le point final. Leurs familles sont homozygotes depuis un certain temps! La consanguinité augmente les caractéristiques invisibles et leur valeur reproductice augmente. Il devient plus important de sélectionner fortement sur les capacités de course. Ce problème devient plus grand quand les distances augmentent et que les circonstances deviennent plus difficiles.

Mon choix de la famille des pigeons De Smet Matthijs pour m'aider à réussir dans le sport colombophile a été bien pensé. Valère De Smet-Matthijs avait élevé en forte consanguinité sur un oiseau: le célèbre "Oude Klaren de '46". Par nécessité. Pendant la nuit où tous ses pigeons ont été volés "De Klaren '46" dormait dans un panier en osier sous son lit et ceci est à l'origine de tout! Ceci a obligé Valère à emprunter plusieurs femelles à ses meilleurs amis pour faire des croisements. Après cela, il a fait de la consanguinité, mais en raison de la diversité du matériel de croisement avec laquelle il a commencé, ses pigeons ont continué à montrer un degré élevé de vitalité: ils se sont distingués sur les courses et plus tard au colombier de reproduction.

C'est le type de pigeons que je voulais et les élever de la même manière était la façon appropriée de procéder. Le plus simple est de commencer avec des pigeons d'une même famille, et faire de la consanguinité forte sur le pigeon de base lui-même et puis rechercher du bon matériel pour croiser. L'effet du croisement (la vigueur hybride) donnera une vitalité suffisante qui permettra aux pigeons de briller sur les plus dures des courses de fond d'un jour.

 

1.17-6348_jonge_baron.jpg

 

 "De Jonge Baron" a remporté en 1996 le 1er prix national d'Etampes. Il est arrivé avec son cousin "De Jonge Sturen" (les deux ont été élevés par un jeune direct de "De Goede Jaarling") qui a remporté le 2e prix. Ces deux mâles ont volé avec 9 minutes d'avance. "De Jonge Baron" est un fils de "De Zwarte Baron" X "Yearlings Blue Lady". C'est une combinaison des lignes de base de «De Goede Jaarling" et "Het Boerke". Sa soeur de nid a également remporté en jeune pigeon le 1er prix provincial de Saint-Ghislain contre 6751 pigeons.

Commenter cet article

À propos

Tout sur le pigeon voyageur moderne, athlète ailé du XXIe siècle. Traductions d'auteurs réputés. Textes originaux. Articles sur le suivi d'une colonie de pigeons voyageurs. Intégralité des traductions faites par M.Maindrelle REPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION