Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tout sur le pigeon voyageur moderne, athlète ailé du XXIe siècle. Traductions d'auteurs réputés. Textes originaux. Articles sur le suivi d'une colonie de pigeons voyageurs. Intégralité des traductions faites par M.Maindrelle REPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION

27 May

L'importance d'un pigeonnier sain (conclusion)

Publié par colombophilie  - Catégories :  #Articles Marcel Gortzen

L'importance d'un pigeonnier sain (conclusion)

 

La poussière des plumes de pigeons


Marcel Gortzen (D)


Pigeon Voyageur - Racing pigeon


"Ce ne peut pas être le colombier qui est en faute", pendant les 20 premières années de ma carrière, j'ai gagné tout ce qu'il y avait à gagner en colombophilie sur ce colombier et pendant tout ce temps je n'ai pas changé une chose, je n 'ai même pas redressé un clou courbé"

 Tels étaient les mots d'un ami colombophile qui était dans le sport depuis 30 ans et qui, au cours des 20 premières années, avait été champion 19 fois au Général dans la région et également premier champion à plusieurs reprises en remportant un grand nombre de premiers prix .
 
81F_Marcel7.jpg
Dans un premier temps le nombre de prix de tête a diminué, puis sa position dans le championnat général a baissé progressivement jusqu'à ce que, sur les dernières années, il a eu ce qu'on pourrait appeler une catastrophe totale, parce que son pourcentage de prix avait baissé au-dessous de 10% et les quelques prix qu'il réalisait se trouvaient prix à la fin de la liste.
  


Ce colombophile fit également l'erreur de porter entièrement la responsabilité de la baisse de performance sur les pigeons.


Il est alla chez deux bons amateurs et obtint une série de jeunes pigeons de leurs couples top reproducteurs. Quand il eut les mêmes maigres résultats avec les descendants de ces pigeons qu'il avait eu avec les siens, il décida de téléphoner à l'auteur et lui demander s'il devait essayer d'obtenir des pigeons encore plus forts comme des Stichelbaut ou des Aarden

.
Lorsqu'on me pose de telles questions je demande toujours avec quel pigeon le colombophile est actuellement entrain d'élever et de jouer, pour former une image dans mon esprit des capacités de performance des pigeons.


Au début, il ne voulait pas parler des amateurs concernés parce qu'il pensait que les familles de vitesses n'étaient certainement pas appropriées pour le climat changeant de sa région.
Mais après une certaine insistance de ma part, il a fini par me donner le nom des amateurs. Il est vite devenu clair pour moi que la faute de son mauvais rendement ne pouvait pas être imputé aux pigeons. Parce que ces deux colombiers étaient connus comme des super colonies et que de nombreux autres amateurs avaient obtenu de leur part des pigeons avec lesquels ils avaient été très fructueux.
Il devait y avoir quelque chose qui ne collait pas dans son colombier.


Naturellement, nous savons tous que chaque jeune pigeon hors d'un super couple reproducteur ne deviendra pas un bon éleveur lui-même. Cela peut arriver que l'on en tire même qu'un seul bon. Mais si, comme ce fut ici, quand 20 et quelques sont importés d'un tel colombier, alors le succès doit suivre. Naturellement, tous les pigeons élevés ne seront pas des As, mais l'expérience nous dit qu'à partir d'un tel matériel nous devrions reproduire du suffisamment «bon» pour être en mesure de jouer au sommet.


Cela semblait être une affaire très intéressante et nous avons pensé que cela pourrait peut-être nous donner davantage d'expérience dans la recherche d'éventuelles erreurs dans la manière dont les pigeonniers sont construits.
Nous avons rapidement pris rendez-vous pour lui rendre visite au printemps de la même année.


Le colombier avait été construit dans le troisième étage de sa maison dans un endroit paisible des Alpes. Quand nous eûmes atteint le sommet de l'escalier, en entrant dans le colombier nous avons été surpris par la quantité d'air frais et pur. Le colombier était situé un peu plus haut, dans le faîte du toit, comme indiqué sur le dessin.
Une fois dans le colombier il n'y avait plus aucune trace de l'air frais que nous avions remarqué que lorsque nous étions entrés dans le grenier.


L'air dans le colombier était si étouffant que, peu de temps, après ma tête a commencé à me faire mal. "Cela ne peut pas être la faute du colombier, j'ai gagné tout ce qu'il a à gagner ici" répéta l'amateur.

 

Quand j'ai vu les tuiles du toit déshabillées, j'ai immédiatement pensé revenir chez un ancien colombophile belge bien connu Martin Gielen.


Lorsque nous l'avions surpris un jour en lui rendant une visite, il était assis sur le toit de son pigeonnier et avec l'aide d'une brosse de nettoyage, il était affairé à nettoyer le bas de chaque tuile, une par une pour ensuite soigneusement les remettre à leur place sur
le toit. «Pourquoi fais-tu ça?" demandai-je

.
«Je dois faire cela quelques années, quand les premiers prix commencent à diminuer», fut sa réponse surprenante.


En fait, nous lui avons dit qu'il était un peu fou, mais je n'ai jamais oublié sa réponse. Je ne pouvais facilement l'imaginer à cette époque quel rapport les prix de tête avaient à voir avec les tuiles
Plus tard, je suis souvent revenu à la réponse que ce modeste mais brillant amateur nous a donné, parce qu'il savait exactement pourquoi il jouait de manière si impressionnante.


Que s'est-il passé chez l'amateur chez lequel nous étions en visite au préalable, pourquoi ses performances avaient-elle diminué de façon constante?


E31_Marcel7-2.jpg 

Un flux d'air continu sans courant d'air pouvait avoir lieu, parce que les tuiles du toit du côté ouest du colombier étaient isolées et celles sur le côté est, en raison de leur forme, avaient suffisamment d'espace à leur base pour permettre à l'air de s'échapper. Pendant les 20 premières années la poussière de pigeon pouvait échapper entre les espaces prévus où les tuiles se chevauchent et ne pouvait pas causer de dommage. Il y avait encore suffisamment d'espace entre les tuiles pour permettre à l'air de circuler.


Après 20 ans, le seuil a été atteint où il n'y avait plus assez de fraîcheur d'air. Au fil des années la couche de poussière entre les tuiles a augmenté (voir le détail dans le dessin 3) et l'échange d'air a diminué ainsi que les performances des pigeons.
Ils n'avaient plus suffisamment d'oxygène.


Le premier dessin montre clairement qu'avec une couche de poussière accrue entre les tuiles que l'air frais et chaud du grenier ne pouvaient plus entrer dans le colombier au-dessus, parce que l'air dans le colombier ne pouvait plus s'échapper par le toit où une poche d'air mort s'était formée.


Sur nos conseils, le même jour, trois rangées de tuiles ont été enlevées (détail dans le dessin 2) et avec l'aide d'une spatule, elles ont été nettoyées. Elles étaient si mauvaises qu'une couche de 1 cm d'épaisseur de poussière avait incrusté le bas des tuiles au cours des 30 dernières années.

Le résultat

Une semaine plus tard il a de nouveau remporté un pourcentage de prix de 60%, qui augmenta semaine après semaine et il eu même eu cinq victoires avant que la saison ne se termine. Différents championnats ont également été gagné de nouveau.


Espérons que cet exemple fait, de nouveau, apparaître clairement que l'on ne doit pas nécessairement avoir de la chance ou des méthodes d'alimentation ou des méthodes secrètes


Toutes les astuces et les superbes méthodes auxquelles cet amateur imputait ses succès aux n'ont fait aucune différence lorsque les éléments essentiels furent absents.

Une seule lucarne

Je vais vous donner un autre exemple de circulation d'air insuffisante dans le colombier d'un petit amateur.
Ce colombophile avait joué pendant 20 ans avec vraiment peu de succès. À la fin de l'année, il ne lui restait que quelques pigeons qui avaient réussi, avec difficulté, à voler quelques prix par 4. Selon lui, il fallait de meilleurs pigeons.


Je ne crois pas qu'il avait réussi à jouer pendant 20 ans sans avoir au moins possédé quelques bons pigeons. Je lui rendis une visite et après avoir regardé ses colombiers lui ai conseillé d'installer un puits de lumière dans le toit de son colombier qui pourrait être ouvert et fermé et de travailler avec lui en fonction du vent et des intempéries. (Voir le dessin)


452_Marcel7-3.jpg

La ventilation dans son colombier était faite à l'ancienne, de l'air entrant par une ouverture sous la trappe et en utilisant cette trappe pour laisser l'air vicié s'échapper. Cela ne peut pas fonctionner correctement parce que l'air frais entrant ne va pas assez profondément dans le colombier et les nichoirs sur le mur arrière ne sont pas ventilés. En plaçant un puit de lumière qui pouvait être ouvert dans le toit, et en fermant la trappe, l'air frais entrait plus profondément dans le colombier et permettait que les casiers reçoivent de l'air frais.


Un an plus tard cet éleveur pouvait rivaliser avec les champions et les mêmes pigeons voler 12 ou 13 prix chacun. Un an plus tôt avec les mêmes pigeons il pouvait difficilement rivaliser.
Nous savons que les «petites choses peuvent avoir de grandes conséquences".

En Conclusion

Nous espérons que les lecteurs de ces articles très intéressants et instructifs sont maintenant plus en mesure d'étudier et d'analyser la situation et les problèmes sur leur propre colombier et, éventuellement, de les améliorer.


Ces articles n'ont pas été écrits avec l'intention de résoudre tous les problèmes sur tous les colombiers, mais avec l'intention de fournir des conseils utiles. Nous savons tous que «les problèmes et solutions" sont souvent cachés dans un petit coin et il ne devrait pas coûter beaucoup d'argent pour améliorer quelque chose. Souvent il suffit d'un peu de bon sens et d'énergie et pour le colombophile de ramasser son marteau et sa scie.


Quand un colombophile pense à un problème spécifique encore et encore, il peut souvent arriver à une solution qui permettra de créer des merveilles.


Lisez ces articles lentement et pensivement à nouveau ou mettez les de côté pour plus tard. Peut-être qu'ils contiennent la solution pour un problème à venir.

 

Nous tenons à remercier cordialement Gerhard Schlepphorst pour avoir donné sa permission pour nous permettre de retravailler ses écrits et de les porter à la connaissance de nos lecteurs.
 

 

Görtzen Marcel


Note du traducteur: série d'articles que j'ai pris beaucoup de plaisir à traduire. J'espère qu'ils pourront vous être utiles .Bonne lecture !


Commenter cet article

André 16/12/2015 22:00

Article très intéressant et vais contrôler le flux d'air entrant dans le pigeonnier.

Daniel 30/03/2015 13:54

Lu et Bel Article !

TDH 27/05/2010 18:29


Oui, merci pour cette traduction.
J'ai de sérieux problèmes avec l'air et ça m'éclaire bien.
encore merci
a+


À propos

Tout sur le pigeon voyageur moderne, athlète ailé du XXIe siècle. Traductions d'auteurs réputés. Textes originaux. Articles sur le suivi d'une colonie de pigeons voyageurs. Intégralité des traductions faites par M.Maindrelle REPRODUCTION INTERDITE SANS AUTORISATION